Le  stress


          Un état de stress résulte quasiment d'un écart entre ce que nous pouvons tolérer émotionnellement
          et les exigences d'une situation qui outrepassent nos propres ressources personnelles d'adaptation.
          Plus cet écart s'agrandit, plus nous subissons une tension interne qui devient à terme insupportable.

          Des efforts seront alors entrepris en vue de ramener cette tension à un niveau acceptable.
          Cet état de tension devient un stress effectif lorsque un enjeu est impliqué dans la situation.
          Le stress peut évoluer vers une détresse émotionnelle lorsque notre bien-être psychologique
          s'en trouve affecté durablement.


          Nos ressources psychologiques sont principalement mentale et comportementale.
          Elles aident à maintenir un état de tension émotionnelle  "tolérable" et préserve en parallèle notre sentiment de bien-être.

          Notre perception du stress dépend principalement de nos dispositions psychologiques et des contingences externes.
          Lorsque nous parlons de dispositions psychologiques, il s'agit de celles qui conditionnent notre perception subjective
          du stress :

          *  Nos croyances (sur soi, sur le monde) notamment celle qui implique la capacité de "contrôler" ou de gérer
              un événement ; on parle alors de sentiment de contrôle perçu sur la situation plutôt que de croyance.
           
          *  Notre sentiment d'auto-efficacité personnelle : il s'agit de la confiance en ses propres capacités d'action.

          *  Notre endurance (hardiness) face aux exigences externes; c'est une forme de maîtrise personnelle orientée
              vers le défi et l'accomplissement de soi.

          *  Notre anxiété généralisée; elle renvoie à une composante stable (anxiété-trait) ou temporaire (anxiété-état)
              de notre personnalité.
              L'anxiété nous amène à percevoir les situations stressantes comme potentiellement menaçantes ; 
              le caractère nouveau et ambiguë d'une situation accentue le caractère menaçant.
     
          *  Notre profil comportemental : il en existe trois (les types A, B et C).
              Le profil de type A s'inspire du challenge et d'un intérêt pour l'action en adoptant un comportement à tendance agressive.
              Le profil de type C se situe à l'opposé, favorisant la détresse émotionnelle ; le type B est un profil équilibré.

          *  Notre estime de Soi conditionne également notre perception de l'enjeu vers le défi ou la menace.
              Une bonne estime de soi oriente la perception de l'enjeu vers le défi.
              A l'inverse; une faible estime de soi amène à considérer l'enjeu comme une menace.

Le Coping : Ajustement Emotionnel



          Le coping est une régulation (ajustement) de l'état émotionnel (tension psychologique et/ou détresse émotionnelle).

          Le coping classique offre trois modalités d'adaptation :
          * en opérant sur le problème en tant que cause (Stratégie centrée sur le problème)
          * en modulant l'état émotionnel en tant que conséquence (Stratégie centrée sur l'émotion)
          * en s'appuyant sur un réseau relationnel d'aide et de soutien (Stratégie de recherche de soutien social)


          * Stratégies d'adaptation active (coping vigilant) :

            ~ recherche d'information
            ~ plan d'action pour résoudre le problème
            ~ réduire les exigences de la situation
            ~ augmenter ses propres ressources

            * réduit l'anxiété et la détresse psychologique
            * améliore l'humeur et l'estime de soi
            * protège de la dépression
            * atténue les troubles stress post-traumatiques
            * sollicite durablement le sentiment de contrôle perçu
         

          * Stratégies d'adaptation passive (coping évitant) :

            ~ comportement d'évitement ou de fuite
            ~ boire, manger, fumer, prise de médicaments
            ~ activité de substitution comportementale ou cognitive (sport, jeux, relaxation, loisir)
            ~ altérer la signification subjective de l'événement (exagérer les aspects positifs, minimiser les aspects négatifs)
            ~ réévaluation positive (transforme la menace en défi ou en quel que chose de positif)
            ~ auto-accusation; dérision 

            * maintien l'anxiété
            * peu efficace pour réduire la détresse psychologique
            * contribue au stress chronique
            * entrave l'accomplissement personnel
            * prédispose aux rechutes (addictions)
           

          * Recherche du soutien social :

            ~ accepter la sympathie et la compréhension de quelqu'un
            ~ essayer de ne pas s'isoler
            ~ solliciter l'aide d'un professionnel
            ~ demander conseil, une guidance

            * augmente la contrôlabilité perçue


            Echelles de mesure du coping :

          * (Lazarus et folkman, 1984) : The Ways of Coping Check-list ; 68 items en 8 sous-échelles :

          Deux coping centrés sur le problème :
              Résolution du problème dont la recherche d'information
              Esprit combatif ; acceptation de la confrontation

          Six coping centrés sur l'émotion :
              Minimisation des menaces ; prise de distance
              Réévaluation positive
              Auto-accusation
              Fuite-évitement
              Recherche d'un soutien social
              Maîtrise de soi

          * W.C.C. (Cousson & al, 1996); publiée dans "Psychologie Française"
              Coping centré sur le problème
              Coping centré sur l'émotion ou sur la détresse émotionnelle


          http://www.irepspdl.org/_docs/Fichier/2015/2-150316040214.pdf
          http://fulltext.bdsp.ehesp.fr/Rsi/67/4.pdf?8Q901-03W8J-90113-88Q97-11348
          https://listes.u-picardie.fr/wws/d_read/d.e.s.psychiatrie/Staffs%20CHPP/Bibliographie/Hartmann%20coping.pdf
          https://www.y2cp.com/ressources/publications/articles/clinique/stress/Ameliorer-ses-strategies-de-coping.pdf

Distinguo



N.B : Distinguo à faire entre "Stratégies de coping" et "Mécanismes de défense" :

Il existe des différences (fonctionnelles et structurelles) entre les stratégies d'ajustement émotionnel propre au coping et les mécanismes de défense propre à la gestion du Moi psychique :

Coping (stratégies d'ajustement)                                            Mécanismes de défense

* structures flexibles                                                              * structures rigides                                                                                             
* démarches conscientes et intentionnelles                          * processus inconscients et automatiques                                                                                   
* spécifiques selon le contexte ou le problème                      * indifférenciés                                                                                     
* font face aux tensions émotionnelles                                  * font face aux conflits intra-psychiques
  (ajustement personnel et adaptation à la situation)                (défense du Moi psychique face au Surmoi)
* permet de gérer un problème ponctuel                                * se préserve d'une expérience passée douloureuse


Exemples de stratégies de coping                                          Exemples de mécanismes de défense

Evitement : détourne l'attention du problème                          Refoulement : isolation d'une pensée dérangeante       
Minimisation :  minore l'impact négatif d'un événement          Déni : refus de reconnaître un événement
Substitution : se changer les idées par divertissement            Déplacement : transfert d'un affect déchargé sur autrui
Soutien social : relation d'aide auprès d'autrui                        Régression : bascule vers un mode moins mature           
Compensation : pallier à une lacune via une qualité              Remplacement : remédie à une insuffisance personnelle       
Recherche d'infos : en vue d'une action contre le stress        Intellectualisation : recours aux interprétations rationnelles     
Attribuer à autrui la responsabilité d'un problème                  Projection : reprocher à autrui ses propres désirs refoulés                                           

La projection, le déni, la régression, etc., sont des mécanismes de défense assez immatures qui présentent des affinités avec le coping évitant.
L'anticipation et la sublimation sont des mécanismes de défense matures qui sont reliés au coping centré sur le problème.


COPYRIGHT © 2009 - 2019
DI ROSA Raymond

Dernière mise à jour :
Jeudi 27 Déceembre 2018