Visée progrédiente 


Elle offre l'opportunité d'optimiser son propre fonctionnement psychologique !
Pour cela, la visée progrédiente s'inspire de la psychologie positive qui se décline en psychologie optimale et maximale.
Elle se consacre à mettre en place une spirale psychologique ascendante


Psychologie optimale


  Distinguo entre le bien-être subjectif et psychologique

~ Bien-être subjectif :

C'est un bien-être qui se caractérise par l'expérience fréquente d'affects positifs (joie, gratitude, contentement ; notamment le plaisir !), d'un faible degré d'affects négatifs et d'un sentiment de satisfaction par rapport à la vie.

La présence d'affects positifs tels que le plaisir amène à considérer ce bien-être subjectif comme étant de nature "hédonique".
Il semblerait que le bien-être subjectif soit sensible aux aléas de la vie car elle aurait tendance à diminuer suite à l'expérience de la frustration.
 
Pour approfondir l'évaluation portant sur la notion de bien-être subjectif, cette dernière peut être décomposée de la manière suivante :
• composante cognitive du bien-être subjectif (évaluation via l'échelle de Diener)
• composante affective : échelle de mesure des émotions négatives et positives (évaluation via l'échelle PANAS)


~ Bien-être psychologique :

C'est un bien-être qui est directement lié à la notion de bonheur (plutôt que de plaisir) ; ce type de bien-être est orienté vers une perspective existentielle (acceptation de soi, sentiment d'autonomie, degré d'épanouissement personnel, sentiment de maîtrise de son environnement, la vie ayant du sens). Si le bien-être subjectif est qualifié de "bien-être "hédoniste", le bien-être psychologique est qualifié de bien-être "eudémonique".
 
Les déterminants du bien-être psychologique sont :
* une vie plaisante (émotions positives)
* une vie engagée (implication personnelle)
* une vie pleine de sens (le sens de ses actions)


On peut avoir un score élevé sur la mesure de bien-être subjectif et avoir un score faible mesurant le bien-être psychologique.
Un score score élevé en bien-être psychologique est lié à l'épanouissement personnel et au sentiment que sa propre vie ait du sens (associé à un niveau élevé d'émotions positives)
A contrario, un faible niveau de bien-être psychologique prédit l'apparition d'affects négatifs et fait partie des facteurs de risque de dépression.

Ryff (1989) a conçu un questionnaire qui évalue 6 dimensions du bien-être psychologique :
• L'autonomie
• La compétence
• La croissance personnelle
• Les relations positives avec autrui
• Le sens à la vie
• L'acceptation de soi


On parle aussi de bien-être "global" qui se compose de trois facettes :

~ composante cognitive : satisfaction par rapport à sa vie
~ composante affective : quantité d'affects positifs supérieurs aux affects négatifs
~ dimension de réalisation de soi : engagement dans des activités qui ont du sens pour soi

Enfin, il y a le concept de soi en matière de centration / décentration de soi.
Le concept de soi aurait tendance à orienter un individu vers un type de bien-être plutôt que l'autre, selon qu'il y aurait "centration" ou "décentration" de soi.

~ Fonctionnement du "soi-centré" (self-centeredness) caractérisé par une importance exagérée donnée à soi et à ses intérêts personnels (représentation d'un soi faiblement connecté à autrui) ; ce style de fonctionnement est corrélé à la quête hédonique (proche du bien-être subjectif).
~ Fonctionnement du "soi-décentré" (selflessness) caractérisé par une décentration de soi qui se manifeste par un sentiment de connexion forte avec son environnement; il est lié à l'altruisme, la bienveillance, l'empathie et la compassion (proche du bien-être psychologique).

La propension à adopter un style de fonctionnement (soi centré vs décentré) serait dépendante de plusieurs critères tels que :
• la culture
• le style d'éducation parental et scolaire
• les rôles sociaux
• l'environnement professionnel
• la pratique religieuse et les croyances spirituelles

En somme, une vie heureuse implique qu'elle soit source de plaisir, qu'elle est du sens et que l'individu se sente engagé.

L'échelle d'orientation vers le bonheur :
• Dimension " plaisir " (orientation hédonique)
• Dimension " sens " (orientation eudémonique)
• Dimension " engagement " (notion de flux)


La recherche de sens

Certaines personnes sont sensibles au fait de trouver un sens à leur existence.
Il semblerait que l'impossibilité de donner du sens à sa vie entraîne un mal-être (avec le risque de voir apparaître des troubles anxieux et dépressifs).
Lorsqu'une personne a le sentiment ou l'impression d'avoir trouvé une voie porteuse de sens, il ressent davantage de satisfaction dans sa vie.

Ainsi, beaucoup de personnes sont en demande d'une augmentation du sens de la vie !

Généralement, la majorité des gens trouvent du sens essentiellement au travers de trois dimensions :

~ La dimension affective et relationnelle (en particulier l'amour, l'amitié et la parentalité)
  Les relations interpersonnelles à travers des relations positives impactent favorablement la vie au quotidien.

~ La dimension cognitive (comprend les croyances, la philosophie de vie et les valeurs)
  ici, le sens est constitué de réflexions philosophiques , de valeurs personnelles ou encore de la démarche spirituelle.
  Les valeurs se construisent au travers de l'éducation, d'expériences personnelles, et se regroupent parfois en une philosophie de vie.
  La dimension cognitive permet d'établir une cohérence entre ses valeurs et ses actions.

~ La dimension comportementale (telle que l'engagement dans une activité en lien avec ses valeurs)


Psychologie maximale


~ L'autodétermination est un concept propre au modèle psycho-bio-social de Cloninger.
Il s'agit de la capacité à s'adapter et à entreprendre en accord avec ses propres orientations personnelles.
Lorsque cette aptitude atteint un certain niveau d'efficience, on parle alors de maturité personnelle.

L'autodétermination est définie comme l'aptitude d'un individu à contrôler, réguler et adapter ses comportements (selon une direction choisie) pour faire face à une situation en accord avec ses valeurs et ses orientations personnelles.
C'est aussi la faculté qu'a le sujet à mettre tout en oeuvre dans l'accomplissement d'une tâche en accord étroit avec ses buts intrinsèques et ses valeurs fondamentales. 

Concrètement, c'est la manière dont le sujet s'identifie comme un individu autonome et perçoit ses capacités à modifier son comportement pour être en accord avec ses objectifs et principes de vie.
La détermination (self-directedness), est définie comme étant une acceptation de ses propres responsabilités, une identification des buts individuels, un développement d'habiletés de résolution de problème, une discipline et une acceptation de soi.
Toutes ces dimensions sont acquises et évolutives.


Détermination élevée:

Un score élevé décrit une personne qui a développé de bonnes habitudes de comportement en accord avec ses objectifs et principes de vie. Elle ne perd pas de vue ses objectifs principaux et ne succombent pas à la tentation de dévier de sa route.


Détermination faible:

~ Irresponsabilité : fait porter la responsabilité de la plupart de ses problèmes personnels sur autrui ou sur les circonstances.
Cela tend à décrire des personnes qui tendent à blâmer les autres et les circonstances externes pour ce qui leur arrive.
Elles pensent que leurs attitudes, comportements et problèmes sont le fruit d'influences extérieures et indépendantes de leur volonté et n'en assument pas la responsabilité.
~ Pauvreté d'objectifs : manque de but dans la vie, ou considère que la vie n'a pas de sens
~ Sentiment d'incapacité : se sent incompétent ou manque de ressources individuelles
~ Mauvaise acceptation de soi : se sent honteux ou coupable lorsque leurs fautes sont révélées
~ Mauvais contrôle des pulsions : manque de contrôle de soi ou de capacité à différer une satisfaction immédiate

Cela décrit des personnes dont les habitudes ne correspondent pas à leurs objectifs de vie ou qui n'apprennent pas de leurs erreurs.

Nota Bene :

La dimension de l'auto-détermination (issue du modèle psycho-bio-social de Cloninger) ne doit pas être confondue avec la théorie de l'autodétermination (Deci & Ryan, 1985) qui évalue le sentiment d'accomplissement personnel !


Autres points abordés :

Sentiment de contrôle : c'est le fait de croire que, grâce à nos capacités et nos actions, nous pouvons agir, au moins en partie, sur ce qui nous arrive, et que tout n'est pas sous le contrôle d'éléments extérieurs (ex : contrôler son véhicule).

Auto-efficacité (Bandura) : c'est la croyance en sa capacité à mobiliser les ressources nécessaires pour maîtriser certaines situations afin de mener à terme son initiative (ex : réussir un examen).

Sens de la cohérence (Antonovsky) : l'individu perçoit les évènements extérieurs comme "compréhensibles", c'est-à-dire chargés de sens car l'individu a besoin de comprendre ce qui lui arrive (ex : accident, maladie).


COPYRIGHT © 2009 - 2019
DI ROSA Raymond

Dernière mise à jour :
Jeudi 27 Déceembre 2018